Projet de maternité et assurance de prêt : est-ce compatible ?

Cette question vous semble bizarre ? Et pourtant, les femmes sont nombreuses à s’interroger : est-ce possible d’assurer son emprunt immobilier quand on est enceinte ou en congé maternité ?  Nous avons rassemblé pour vous la plupart des questions que nos clients nous posent sur le thème de la maternité en général.

Un assureur peut-il refuser de me couvrir car je suis enceinte ?

Assurance crédit et maternité, est ce compatible?

Être enceinte n’est pas une maladie ! L’assureur n’a donc aucune raison de refuser de vous couvrir ou de vous faire payer plus cher. D’ailleurs, au moment de répondre au questionnaire médical, vous remarquerez peut-être que les questions ne concernent jamais le cas de la maternité (c’est précisé entre parenthèse, comme ici). En revanche, si votre assureur vous demande si vous êtes enceinte, il faut absolument le préciser, et cela pour deux raisons majeures :

  • Il ne faut JAMAIS mentir ou « oublier » de mentionner une information relative à votre santé ou à vos antécédents. Sinon, vous risquez l’annulation de votre contrat et de ne pas être couvert en cas de gros pépin !
  • Si votre assureur vous demande un bilan sanguin, vos résultats risquent d’être faussés par la grossesse. L’étude médicale pourrait, à tort, conclure à un risque de santé s’ils n’ont pas cette information ! Si vous souffrez d’une pathologie comme le diabète gestationnel, l’hypertension ou encore la toxémie gravidique, l’assureur saura faire la part des choses et ne proposera pas de surprime. Sinon, n’hésitez pas à vous tourner vers un autre assureur grâce à notre comparateur d’assurance de prêt, qui vous proposera des conditions plus intéressantes.

Vous l’aurez compris : être enceinte n’est pas un obstacle à la souscription d’une assurance de prêt, ni en contrat groupe ni en assurance externe.

Arrêt maladie liée à la grossesse : l’assurance de prêt peut jouer ?

Quelle prise en charge de l'assurance crédit en cas de congé parentalN’espérez aucune prise en charge de vos remboursements d’échéance de crédit durant un arrêt de travail lié à l’attente d’un bébé : ce n’est pas considéré comme une invalidité.

Or, les garanties prévues dans les contrats d’assurance de prêt ne prennent en charge que les arrêts de travail s’ils ont un rapport avec une invalidité ou une incapacité de travail.

Si vous êtes arrêté pour grossesse pathologique, il est possible de demander une prise en charge à votre assureur, mais il ne faut pas oublier que les garanties Incapacité de Travail Temporaire (ITT) prévoient généralement un délai de carence de 90 jours : il est probable que vous ayez accouché d’ici là.

Le fait que je sois enceinte ralentira-t-il ma souscription ?

Il se peut que votre assureur vous pose des questions supplémentaires dans le cadre du questionnaire médical, si vous avez des antécédents médicaux particuliers liés ou non à la grossesse, ce qui ralentirait le processus de souscription. Quand on attend un enfant, on a d’autres préoccupations mais néanmoins, il faudra prendre le temps de fournir à son assurance les pièces dont il aura besoin. C’est à prévoir : mieux vaut donc s’y prendre à l’avance.

Congé maternité et paternité : l’assurance de prêt peut-elle couvrir mes échéances de remboursement ?

Le congé légal de maternité ou de paternité est prévu (ce n’est pas un événement aléatoire quand on est enceinte !). Justement, les assurances ont pour objectif de couvrir en cas d’événement imprévu (maladie, accident) : ce n’est pas le cas du congé maternité ou paternité. N’attendez donc pas de prise en charge de la part de votre assureur ! Il en sera de même pour le congé parental, même s’il y a une perte de revenu à la clé.

Procréation Médicale Assistée (PMA) et questionnaire médical

Être engagé dans un processus de Fécondation In Vitro (FIV) ou de Procréation Médicale Assisté (PMA) nécessite des traitements voire une ALD, et parfois des arrêts longue durée que vous aurez à déclarer dans le questionnaire médical. Il est en effet vivement déconseillé de cacher des informations à l’assureur, car en cas de sinistre, il peut ne pas vous indemniser s’il estime que vous avez fait une fausse déclaration. Dans certains cas, ces déclarations peuvent faire l’objet d’une étude médicale et aboutir sur un tarif inchangé ou une surprime. N’hésitez pas à vous rapprocher de plusieurs assureurs afin de faire jouer la concurrence et voir les conditions que ceux-ci peuvent vous proposer.

Le conseil de Smart Octave

Je vous conseille, si vous êtes enceinte au moment de choisir votre assurance de prêt, de ne surtout pas cacher votre état à votre assureur au moment de remplir le questionnaire médical. En effet : attendre un enfant n’est pas une maladie, l’assureur le prendra donc en compte au moment d’évaluer les risques que vous présentez pour calculer son tarif. Si vous êtes engagé dans un processus de procréation médicale, mieux vaut également le signaler même si l’assureur risque de vous demander des compléments d’information. L’étude d’un dossier médical ne débouche pas forcément sur une augmentation du coût de l’assurance !

Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.