La boîte à outils : arguments et documents pour être prêt à négocier face à son banquier !

Voici les principaux arguments en faveur de l’assurance en délégation à utiliser, pour plaider en faveur de la délégation :

  • Liberté de souscrire le contrat de son choix: grâce à la loi Lagarde de 2010, vous pouvez souscrire un autre contrat que celui imposé par la banque (contrat groupe), à condition que les garanties soient équivalentes ;
  • Gain de pouvoir d’achat : en disposant d’un taux d’assurance inférieur à celui que votre banque propose, vous pouvez économiser jusqu’à 10 000 €. En plus, si vous empruntez à plusieurs (en couple ou via une société civile immobilière), vous pouvez bénéficier d’une réduction de 10 % chez certains de nos partenaires ;
  • Une sécurité en plus pour la banque : vous avez éventuellement étendu votre couverture pour être pris en charge sur des risques médicaux, professionnels ou relatifs à vos loisirs, ce qui serait rassurant pour votre banquier !

Les documents à avoir en votre possession :

  • La simulation d’offre de prêt : si vous êtes en phase de recherche d’un prêt, vous pouvez utiliser ce document pour simuler le coût de l’assurance de prêt. En vous y prenant le plus tôt possible, il est plus simple de préparer vos arguments pour négocier face à votre banquier.
  • Le certificat de délégation d’assurance : c’est la preuve de votre souscription à une offre de prêt en délégation qui détaille le niveau de couverture (garanties et quotité). Indispensable pour vérifier l’équivalence des garanties !
  • Les conditions générales de vente : elles doivent accompagner le certificat d’adhésion. Ce document est en principe directement envoyé par l’assureur.

Négocier son assurance au moment de l’offre de prêt

Dès que votre banquier vous remet votre simulation d’offre de prêt, vous pouvez comparer les offres d’assurance de nos partenaires. En effet, vous disposerez alors de toutes les informations nécessaires à l’établissement du devis : montant et durée du prêt, taux d’emprunt ainsi que, évidemment, votre âge. Vous disposerez en plus des informations détaillant la couverture que la banque exige : garanties et quotités demandées (décès, incapacité, invalidité…). Ce sont les éléments principaux qui permettront à l’assureur de faire une première estimation de votre tarif.

Une fois l’offre la mieux adaptée à votre profil trouvée, vous pourrez procéder à la souscription, ce qui vous permettra d’obtenir un tarif définitif. L’assureur vous enverra une fiche de délégation ainsi que les conditions générales de vente, à  porter à votre banquier au moment de signer l’offre de prêt.

Si vous n’avez pas pu souscrire une assurance emprunteur en délégation au moment de signer l’offre de prêt, vous avez une carte à jouer : il s’agit de la loi Hamon. Celle-ci vous permet de résilier, dans l’année qui suit l’acquisition du bien (plus précisément dans les 11,5 mois qui suivent), votre assurance de prêt pour la substituer par un contrat en délégation. La banque n’a aucune raison de refuser, à condition de souscrire une offre qui respecte le minimum de garanties imposées. Rassurez-vous : mon outil est conçu pour vous accompagner jusqu’à la réussite de votre projet !

Renégocier son assurance en cas de rachat ou de crédit

Si vous engagez des démarches pour faire racheter votre crédit par un établissement bancaire qui vous propose un  meilleur taux, vous pouvez en profiter pour renégocier votre assurance de prêt. Comme le rachat signifie, pour la nouvelle banque, un nouveau crédit, vous pouvez faire jouer la loi Lagarde qui vous donne le libre choix de votre assurance de prêt.

Voici la marche à suivre :

  1. Comparer les offres d’assurance de prêt ;
  2. Vérifier que les garanties sont équivalentes à votre contrat en cours ou aux souhaits de la nouvelle banque (regarder sur la simulation d’offre de prêt)
  3. Souscrire le contrat et faire parvenir l’attestation de délégation ainsi que les conditions générales de vente à l’établissement bancaire.

N’hésitez pas à faire appel à mes services : Smart Octave est LA solution pour les emprunteurs qui veulent économiser !

Que faire si la banque refuse la renégociation ?

Après avoir fait parvenir vos documents à la banque (contrat de délégation et lettre de résiliation), vous pouvez recevoir un avis négatif de la banque. L’établissement bancaire étant le bénéficiaire de l’assurance de prêt, il est en droit de refuser le changement de contrat pour ces raisons :

  • Les garanties ne sont pas équivalentes à celles qui ont été exigées ;
  • Vous n’avez pas respecté les délais (par exemple vous avez attendu plus de 11,5 mois pour disposer de la loi Hamon) ;
  • Certains documents ont été omis dans l’envoi à la banque (soit par vous, soit par l’assureur) ;
  • Le courrier n’a pas été envoyé à la bonne adresse (ça arrive !).

Vous pouvez vous douter que les établissements bancaires, qui préfèrent que les emprunteurs souscrivent leurs offres, profiteront de la moindre occasion pour refuser la renégociation. Il est impératif de trouver une solution 100 % équivalente à celle de la banque et de respecter les formalités administratives ! Ne vous en faites pas : c’est pour aider les emprunteurs que Smart Octave a été créé. En utilisant nos services, vous confiez votre projet à des spécialistes qui vous aideront à mener à bien votre renégociation.

Le conseil de Smart Octave

Chercher, comparer et négocier : c’est la formule magique de tous les propriétaires qui ont réussi à optimiser au mieux le coût de leur résidence principale. Soyez smart, utilisez nos services pour accélérer vos démarches en comparant tout le marché !

Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.