Taux, prime et coût total de l’assurance de prêt : comment y voir clair ?

L’assureur, contrairement à la banque, calcule son prix sur le capital restant dû. C’est-à-dire le capital que vous devez encore rembourser à la banque à un moment donné. Les contrats d’assurance groupe, donc proposés par la banque, calculent toujours sur le capital emprunté initialement. Donc, si vous prenez une assurance de prêt auprès d’une assurance privée, le montant que vous paierez chaque mois variera dans le temps et baissera fortement à la fin du prêt puisque le capital restant dû sera faible. Pour comparer les tarifs, vous pourrez vous baser sur :

  • Le taux annuel effectif d’assurance (TAEA), qui est un indicateur obligatoire dont le mode de calcul est imposé par une réglementation. Il permet de comparer sur la même base le taux d’assurance de différents assureurs et de celle de votre banque. La différence avec le taux d’assurance est que celui-ci s’appuie sur la somme totale empruntée, et non sur le capital restant dû ;
  • La prime moyenne d’assurance : le montant à payer chaque mois peut varier, il vaut mieux donc comparer la moyenne des montants ;
  • Le coût total sur la durée du prêt : là aussi, c’est un indicateur fiable de la différence de prix entre deux assurances.

Jusqu’ici, tout va bien, la comparaison se fait sur des éléments objectifs. Plus le taux est bas, plus le coût total sur la durée du prêt est bas.

Zoom sur le TAEA ou TAEAG : le taux dédié à l’assurance-crédit

Initié par la loi Hamon, le TAEA permet de comparer objectivement différentes offres d’assurances emprunteur. Plus celui-ci est bas, plus le coût total de l’assurance sur la durée du prêt est basse.

  • TAEA signifie Taux Annuel Effectif Assurance : c’est le taux qui permet de calculer le coût réel de l’assurance. La différence entre le TAEA et le taux d’assurance est que le premier prend en compte le capital restant dû à rembourser, et ne se base pas sur le capital initial, comme pour le taux d’assurance.
  • TAEAG signifie Taux Annuel Effectif d’Assurance Global : ce taux permet de calculer le coût de l’assurance, ainsi que les frais connexes comme par exemple les frais de dossier, frais de cautionnement, l’hypothèque…

Grâce à cet exemple, vous pourrez constater la variation du TAEA selon le taux d’assurance, et son impact sur le coût total du crédit et de son assurance :

 

ProfilEmprunteur, 30 ansEmprunteur, 30 ansEmprunteur, 30 ans
Montant du prêt100 000 €100 000 €100 000 €
Durée de remboursement du prêt10 ans10 ans10 ans
Taux d’intérêt1,00 %1,00 %1,00 %
Coût du crédit9 124, 54 €8 124, 94 €
Taux d’assurance0,40 %0,30 %0,059 %
TEG1,76 %1,57 %
TAEA0,76 %0,57 %

Là où ça peut se corser…

Je vous ai expliqué que le prix de votre assurance de prêt auprès d’une assurance est variable dans le temps puisqu’il est adossé au capital restant dû, qui diminue à chaque remboursement. Mais vous, en tant que personne assurée, prenez de l’âge : votre risque augmente de voir une maladie se déclencher. Ce n’est pas très joyeux, mais c’est comme ça que sont prévus les calculs d’assurance. Et puis, bien entendu, l’assurance veut aussi gagner un peu d’argent dans l’opération. Mais voilà, on constate qu’un prêt contracté sur une durée initiale de 20 ou 25 ans ne court pas souvent jusqu’à son terme. En réalité, la durée moyenne d’un prêt immobilier est de 8 ans. Du coup, les assureurs ont tendance à mettre en place des mensualités plus hautes sur les premières années pour ensuite les faire fortement baisser par la suite.

Vous avez plusieurs devis d’assureurs équivalents ? Vous pensez vendre votre bien avant 10 ans ? Alors, étudiez en détail les mensualités sur les premières années : le montant payé sur les 8 premières années peut vous aider à faire votre choix.

Tableau 1 – Exemple de cotisation d’assurance de prêt avec variation dans le temps

cotisation d'assurance de pret

Figure 1 – graphique de l’évolution des cotisations issu du tableau ci-dessus

variation du cout de l'assurance de pret

Les facteurs qui influent le coût de l’assurance emprunteur

Afin de vous proposer un tarif au plus juste, les assureurs ont besoin de savoir beaucoup de choses sur votre profil et celui de votre ou vos co-emprunteurs. Ce sont parfois des questions indiscrètes, mais qui permettent de calculer votre tarif. Chaque assureur a ses propres règles de calcul mais on peut regrouper les questions posées en 4 catégories :

  • Santé: on vous demandera votre âge, votre état de santé actuel et vos antécédents médicaux. Le fait de fumer ou de vapoter augmentera significativement le montant de votre cotisation.
  • Professionnel: certaines professions seront considérées comme « à risques ». Le nombre de kilomètres que vous faites pour des raisons professionnelles, la manutention de charges lourdes ou le fait de travailler régulièrement en hauteur pourront aussi jouer sur votre tarif.
  • Loisirs: et oui, là également, l’assureur s’intéressera aux sports que vous pratiquez et pourra décider d’un surcoût pour couvrir une activité trop risquée à son goût. Quelques exemples ? L’alpinisme, la boxe, le ski hors-piste …
  • La couverture : les garanties ne vous caractérisent pas en tant que personnes, mais elles détermineront la prise en charge en cas de pépin. Il s’agit du pourcentage de couverture pour les garanties décès/PTIA, IPT, ITT qui sont exigées par la banque. Plus la couverture est étendue, plus le tarif augmente ! Ainsi, les options supplémentaires peuvent avoir un coût important, comme par exemple la garantie chômage.

Muni de toutes ces informations, l’assureur pourra déterminer le risque que vous présentez, c’est-à-dire le pourcentage de chance (ou de malchance !) qu’il vous arrive un pépin. Comme souvent, mieux vaut être jeune et en bonne santé pour avoir un meilleur tarif. Si vous pensez avoir un profil « à risque », ne vous inquiétez pas : vous trouverez un assureur qui répondra favorablement à votre situation, car ils ne considèrent pas tous les risques de la même manière. Il devient donc d’autant plus intéressant de comparer les tarifs de différentes compagnies. Les banques, à contrario des assureurs privés, ont une segmentation moins importante de leurs tarifs en fonction du profil personnel. Notre comparateur d’assurance de prêt vous présentera les offres les plus intéressantes pour votre profil, même à risque, grâce à nos nombreux partenaires.

Donc, mon assureur me voit comme un risque ?

Oui, car comme vous l’aurez peut-être compris, ce n’est pas le prêt qu’on assure mais bien la personne, c’est-à-dire l’emprunteur. Si vous avez un accident et que vous ne pouvez plus travailler, l’assurance paiera à votre place. Et nous avons statistiquement plus de « chances » de nous blesser en faisant du parapente que du macramé, et plus de risques d’accidents si on fait beaucoup de route que si l’on va travailler en métro. N’est-ce pas ?

En fonction du risque qu’il aura évalué, l’assureur pourra vous proposer plusieurs tarifications :

  • coût normal : coût du risque en fonction des informations que vous avez fournies ;
  • coût majoré : sur une composante (décès, invalidité…) ou total (sur tous les risques), on parlera alors de surprimes ;
  • garanties avec exclusion : tous les risques garantis par le contrat sont couverts, à l’exception de ceux qui sont exclus. Il peut s’agir d’une pathologie médicale, sur un hobby (exemple : vous êtes couvert sauf en cas d’accident de parapente).

Et le prêt immobilier, dans tout ça ?

Les caractéristiques de votre prêt entre aussi en ligne de compte dans le calcul du coût de l’assurance. Voici la règle de base : plus on emprunte d’argent, plus l’assurance coûtera cher. Et c’est bien logique puisque le coût de l’assurance est un taux qui est multiplié par le capital pour obtenir la somme dû à l’assurance chaque année. De même, la durée du prêt a un impact sur le tarif puisque le taux sera potentiellement moins élevé pour un prêt plus court et surtout, vous payerez moins longtemps.

En résumé, le prix de votre assurance de prêt dépend de la durée et du montant de votre prêt, mais surtout de vous. C’est-à-dire de votre âge, votre état de santé, votre travail et vos loisirs. La différence fondamentale entre les banques et les assurances ? Le calcul sur le capital initial (fixe) ou restant dû (qui décroît).

Le conseil de Smart Octave

Pour comparer les devis d’assurances emprunteur, regardez le TAEA (taux annuel effectif d’assurance), le coût total du crédit et de l’assurance ou bien la cotisation mensuelle moyenne. Pour les plus attentifs ou ceux qui pensent revendre leur bien avant 10 ans, vous accorderez plus d’attention à la part payée chaque année entre les différentes propositions d’assurance qui ont des taux proches. Si vous souhaitez savoir comment comparer vos devis d’assurance de prêt grâce au TAEG, consultez notre guide dédié à ce sujet !

Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.