Guide Assurance de prêt

L’assurance de prêt est une condition sine qua none à l’obtention d’un crédit immobilier. En cas d’incapacité de remboursement, d’invalidité, de problème de santé ou encore de décès, l’assurance prend le relais à hauteur des garanties et des quotités choisies.

Faut-il choisir un contrat groupe ou bien un contrat en délégation ? Le choix d’une assurance-crédit emprunteur doit se faire en fonction de votre profil (capacité de remboursement, métiers ou loisirs à risques, antécédents médicaux, etc.) et des taux pratiqués. A l’heure actuelle, l’assurance crédit coûte aussi chère que les intérêts du prêt en eux-mêmes. Autant faire le bon choix d’assureur dès le départ !

Faire des comparatifs en ligne et demander des devis gratuits ou si vous préférez, faire appel à un courtier en assurance, pourront vous aider à souscrire la meilleure offre. Pour en savoir plus sur l’assurance de prêt, voici notre guide.

Comment négocier son assurance crédit ?

Représentant jusqu’à 30% du coût total d’un crédit immobilier, l’assurance emprunteur doit être négociée si vous voulez réaliser de belles économies. Changer d’assurance de prêt pour une offre plus compétitive sur le marché peut vous faire diviser de moitié vos cotisations. Pour cela, comparez les offres avec un simulateur en ligne et faites établir des devis.

Il existe deux types de contrats d’assurance de prêt :

  • le contrat groupe proposé par l’organisme prêteur, qui vient compléter l’offre de crédit proposée ;
  • le contrat en délégation, qui est un contrat individuel et personnalisé que vous pouvez souscrire auprès de n’importe quel établissement d’assurance. La seule condition à respecter est de souscrire un contrat à même niveau de conditions, de garanties et de quotités, que le contrat groupe de la banque initiale.

Une fois que la banque a accepté votre nouveau contrat d’assurance, il ne vous reste plus qu’à souscrire rapidement cette nouvelle couverture, puis à résilier l’ancienne. Attendez toujours d’avoir l’accord du nouvel assureur avant de résilier le contrat en cours. Cela vous évitera les mauvaises surprises en cas de refus, de surprimes ou bien d’exclusions.

Dans le cadre d’un rachat de crédit, il est particulièrement facile de mettre en place un contrat en délégation. Le rachat de crédit immobilier correspondant à une nouvelle offre de prêt : la loi vous autorise à trouver une nouvelle assurance emprunteur à la place de l’assurance bancaire.

Quelles sont les lois qui permettent de changer d’assurance emprunteur ?

Ces dernières années, plusieurs lois ont été mises en place dans le but de protéger le consommateur. Elles vous autorisent à changer de contrat d’assurance, à équivalence de garanties, si celui-ci ne répond pas à vos attentes, à condition de respecter certaines échéances.

  • Avant de signer l’offre de prêt : grâce à la loi Lagarde (qui vient en complément de la loi Murcef), dès le début de votre demande de crédit, vous avez le droit de choisir l’assurance que vous souhaitez.
  • Si l’emprunt a moins de 12 mois : grâce à la loi Hamon vous pouvez souscrire un nouveau contrat d’assurance à tout moment et sans frais.
  • Si l’emprunt a plus de 12 mois : A partir du 1er janvier 2018, la loi Sapin 2 (amendement Bourquin) vous autorise à changer d’assurance groupe pour une assurance individuelle, chaque année à date d’anniversaire de la signature de votre prêt. C’est ce qu’on appelle le principe de la résiliation annuelle. Cette loi vient en complément de la loi Chatel.

Calcul du prix d’une assurance crédit : comprendre les taux

Loi Hamon assurance créditLe prix d’une assurance de crédit immobilier se calcule en fonction du TAEG (Taux Annuel Effectif Global) et du TAEA (Taux Annuel Effectif d’Assurance). Il est obligatoire que ces taux figurent clairement sur les fiches informatives remises à l’emprunteur afin qu’il puisse facilement comparer les offres de crédit.

Qu’est-ce que le TAEG ?

Le TAEG (anciennement TEG) pour Taux Annuel Effectif Global est l’indicateur de référence du coût total d’un crédit immobilier. Il comprend à la fois le coût des intérêts bancaires, mais également le montant des frais annexes liés à votre crédit. Il est exprimé en pourcentage annuel du montant de l’emprunt. Grâce à lui, il est possible de calculer la somme totale à rembourser sur la durée du prêt.

En savoir plus sur le TAEG : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2456

Qu’est-ce que le TAEA ?

Depuis octobre 2014, le TAEA entre en compte dans le calcul du coût de l’assurance. Le TAEA (Taux Annuel Effectif d’Assurance) est un taux moyen fixé par les établissements d’assurance et les banques en fonction :

  • de l’âge de l’assuré ;
  • de sa situation professionnelle ;
  • de ses antécédents médicaux (ALD, handicap, fumeur ou non, etc.) ;
  • de la durée de son prêt ;
  • si c’est un premier achat ou non.

Le TAEA va influencer en grande partie le coût total de votre crédit immobilier. Il est variable en fonction de la banque et de ses conditions d’assurance, d’où la nécessité de comparer les offres et de faire une simulation de devis d’assurance emprunteur. Le calcul évolue également en fonction du type de contrat choisi : groupe ou délégation.

Comment calculer le montant d’une mensualité ? Multipliez le montant total du crédit avec le taux d’assurance, en tenant compte de la quotité (c’est-à-dire le pourcentage du prêt assuré). Le résultat obtenu est à diviser par 12 pour avoir le prix par mois.

Généralement, en délégation d’assurance, le montant des cotisations baisse au cours des ans, en fonction de la diminution du capital restant dû. Le rachat de crédit peut être une solution intéressante pour faire jouer la concurrence et ainsi, faire des économies sur votre assurance de prêt.

Quels sont les risques qui font augmenter le coût d’une assurance de prêt ?

Certains profils emprunteurs rendent les banques plus frileuses. Pour se protéger face aux risques encourus, des garanties obligatoires peuvent être demandées à la souscription, pour couvrir les remboursements en cas de problème.

Votre profil emprunteur va être évalué en fonction :

  • du risque médical : déterminé par votre âge, vos antécédents médicaux, si vous souffrez d’un handicap ou d’une maladie longue durée (ALD), si vous êtes fumeur ou non, etc. Pour vous proposer une tarification adaptée, un bilan de santé peut être demandé.
  • du risque professionnel : certaines professions sont considérées comme étant des métiers à risque.
  • du risque sportif et activité de loisir : idem pour les activités de loisirs ou de sports extrêmes, qui peuvent induire d’être couvertes par des garanties supplémentaires.

A la lumière de ces éléments, l’assureur vous proposera une offre sur-mesure en fonction du risque : avec une acceptation à la tarification normale, des exclusions et/ou des surprimes.

Bon à savoir : les surprimes d’un contrat d’assurance sont calculées en fonction du taux moyen (TAEA).

Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.